Augustin-Jean FRESNEL (1788-1827) 

 

Doué d'un génie inventif dès son plus jeune âge, Fresnel se montre très rapidement suffisamment fort en mathématiques pour intégrer Polytechnique à 16 ans et demi et l'École des ponts deux ans après. 

Dans les premiers postes qu'il occupe, il aborde les sujets les plus divers : aberration annuelle des étoiles, fabrication de la sonde, machine élévatoire hydraulique, dilatation des gaz. Puis en 1814, il commence à s'intéresser aux propriétés de la lumière. Il entreprend l'étude de la diffraction et des interférences des ondes lumineuses et des aspects ondulatoires de la lumière. Dès 1816, il réalise la célèbre expérience des "miroirs de Fresnel" et obtient en 1819 le prix de l'Académie des sciences pour la diffraction. Son mémoire, auquel il a ajouté deux notes dont celle sur les "zones de Fresnel", constitue la base de la théorie des ondulations.

Muté en 1819 au cadastre "du pavé de Paris", il entreprend de nouvelles expériences sur la polarisation et l'optique cristalline : il met progressivement au point la théorie de la double réfraction dans les cristaux uniaxes et biaxes, qui sera le couronnement de sa carrière scientifique.

Arago lui proposera un nouveau champ d'investigation en lui demandant des expériences sur les appareils d'éclairage des phares. Le premier appareil est mis en service au phare de Cordouan en 1823.

Les très beaux résultats scientifiques obtenus par Fresnel attirent sur lui les honneurs, mais aussi les charges et les polémiques : ces dernières ne cesseront que lorsque Laplace, longtemps imperméable aux théories de Fresnel, lui aura rendu un hommage public à l'Académie des sciences qui l'acceptera en son sein en 1823.

A voir: http://www.enpc.fr/fr/documentation/fonds_ancien/phares/La-Gloire-des-Fresnel.htm